Skip to content

Comment le Canada se compare à l’Australie dans les aspects clés des essais cliniques

Pour les promoteurs d’essais cliniques, la solidité des opérations, l’expertise thérapeutique et l’accès aux bonnes populations sont désormais essentiels dans le choix des ORC. C’est pourquoi tant le Canada que l’Australie sont des régions prisées.

Un sondage mené par Industry Standard Research auprès de 194 répondants d’Amérique du Nord, d’Europe, Moyen-Orient et Afrique, et d’Asie-Pacifique sur la sélection et la performance des fournisseurs de Phase 1 pour la préparation du rapport 2022 (15e édition) d’analyse comparative des ORC intitulé Phase 1 CRO Benchmarking  révèle que les attributs les plus souvent classés parmi les plus importants dans les choix d’un ORC partenaire incluent : l’accès aux populations de patients, le faible coût, l’excellence opérationnelle et l’expertise thérapeutique.

Comparaison suivant chacun de ces attributs

Étant donné les résultats du sondage, la comparaison entre nos deux pays est intéressante. Elle l’est d’autant plus compte tenu que le secteur des essais cliniques en Australie approche la saturation et que les promoteurs d’essais de pointe en oncologie cherchent des régions comparables pour l’expansion de leurs essais mondiaux.

Attribut no 1 : Accès aux populations de patients

En Australie près de 80 % de la population vit dans les États les plus accessibles sur la côte Est du continent, à savoir New South Wales, Victoria, Queensland et le Territoire de la capitale australienne (18,5 millions de personnes).

Au Canada, 90 % de la population vit à moins de 160 km de la frontière avec les États-Unis                      (36 millions de personnes).

 

 

Démographie

À l’échelle des États-Unis, le taux de participation aux essais cliniques en oncologie est estimé à 6,3 % (2021).

Les Noirs et Afro-Américains représentent 13,4 % de la population des États-Unis, selon le U.S. Census Bureau. Moins de 5% de ces populations participent à des essais cliniques de tout type selon les rapports de la FDA. De même, les Hispano-Américains et autres personnes d’origine latine représentent seulement 1 % des participants aux essais cliniques aux États-Unis.

En Australie, seulement 2 à 3 % des patients cancéreux adultes participent à un essai clinique, et ce taux est encore plus faible chez les minorités et les femmes. Ces statistiques proviennent du Cancer Council (2017).

Une grande proportion de la population non blanche des États-Unis n’a aucun accès — ou un accès réduit — aux soins de santé. Ces personnes n’ont donc pas l’opportunité d’être informées des essais cliniques et des bénéfices associés à une participation à ceux-ci. Les essais cliniques sont souvent menés dans les institutions de recherche les plus avancées des États-Unis, là où les conversations entre médecins et personnes de couleur sont peu fréquentes. De plus, le manque de ressources fait que les participants potentiels de couleur ne savent pas comment trouver les essais cliniques ni comment s’adresser aux groupes de défense pour obtenir de l’aide. Sans surprise, des recherches menées par le CDC ont démontré que l’état de santé dépend en partie de facteurs tels que les revenus, le lieu de résidence et le niveau d’éducation. Il ne fait aucun doute que l’accessibilité à des soins de santé abordables est un autre facteur contributif.

Le système de santé de l’Australie est un amalgame complexe de fournisseurs de services et d’autres professionnels de la santé issus de diverses organisations des gouvernements de l’Australie, de ses États et de ses territoires, ainsi que du secteur non gouvernemental. Collectivement, ils s’efforcent de combler les besoins de santé physique et mentale des Australiens.

La structure complexe du système de santé australien est reflétée dans ses sources de financement. Le système de santé est financé par les gouvernements de l’Australie, de ses États et de ses territoires ainsi que par des sources non gouvernementales telles que les assureurs privés et les individus.

En quoi le Canada est-il différent ?

Le taux de succès du Canada dans le recrutement pour les essais cliniques est de 98 %, et certains sites canadiens rapportent que jusqu’à 22 % de leur population de patients totale participe à des essais cliniques. Représentant 4 % des essais cliniques mondiaux, le Canada se classe au quatrième rang pour son nombre de sites d’essais cliniques et il est le leader du G7 en matière de productivité des essais cliniques (nombre d’essais/population). Notre pays est reconnu à l’échelle mondiale pour la qualité et l’expertise de ses cliniciens en recherche, dont plusieurs sont reconnus à travers le monde pour leurs découvertes et innovations médicales majeures, ainsi que pour sa capacité de mener la recherche clinique dans des domaines thérapeutiques complexes auprès d’une population diversifiée.

Le Canada compte le plus haut pourcentage de citoyens nés à l’étranger parmi les pays du G8. La diversité de la population et l’accès universel au système de santé pour tous les citoyens canadiens en font un endroit de choix pour les sociétés biotechnologiques américaines de pointe qui s’efforcent d’inclure la bonne diversité de participants dans leurs essais mondiaux.

Contrairement à l’Australie, où les personnes non blanches représentent seulement 9,3 % de la population (en incluant : les aborigènes de l’Australie, les Noirs et les personnes originaires des îles du Pacifique, de l’Asie et de l’Inde), la démographie canadienne ressemble davantage à celle des États-Unis.  En 2016, les immigrants représentaient 26 % de la population canadienne totale, soit le plus haut pourcentage parmi les pays du G8. Les projections prévoient que les personnes de couleur vont représenter le tiers (de 31 % à 36 %) de la population canadienne totale d’ici 2036.

L’universalité des soins de santé au Canada signifie que tous les citoyens ont accès aux services de santé de base et qu’aucun résident légal ne se fait refuser les soins de santé. Les citoyens canadiens ont droit aux soins de santé sans égard à leur statut, leurs revenus, leur emploi, leur état de santé ou leur âge. L’administration des soins de santé est assurée par chacune des provinces et le système de santé canadien est entièrement financé via les impôts.

Unlike Australia, where people of color make up only 9.3% of the population (including: Aboriginal Australians, Blacks, people from the Pacific Islands, Asia, and India) Canada’s demographics are more reflective of that of the U.S.  In 2016 immigrants in Canada represented 26% of the total Canadian population, the highest proportion among G8 countries. Projections to 2036 indicate people of color will make up about one third (31% to 36%) of the total Canadian population.

The advantage of universal health care in Canada means all citizens receive coverage for basic health care services, and no legal resident is denied care. Access for Canadian citizens is granted regardless of status, income, employment, health, or age. The administration of Canadian heath care is on a province by province basis, and the entire health care system is paid for by taxes.

Attributs no 2 et no 3 : Coût et excellence opérationnelle

Si vous vivez au Canada plutôt qu’en Australie, vous :

Par conséquent, les données issues d’essais cliniques menés dans ces deux pays bénéficient généralement de la confiance des autorités réglementaires internationales, comme la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA) et l’Agence européenne des médicaments (EMA).

Des processus réglementaires efficaces pour l’approbation des essais cliniques sont aussi présents dans ces deux pays.

Attribut no 4 : Choisir la bonne expertise thérapeutique pour la région

La mobilisation d’une équipe d’experts canadiens améliore de manière significative le démarrage des études et la performance globale des essais cliniques en oncologie menés au Canada. Tout en respectant les cibles établies de concert avec les promoteurs, l’équipe de Scimega affiche systématiquement des temps de démarrage d’essais cliniques 50 % plus rapides que la moyenne nord-américaine, et les sites d’étude se classent souvent parmi les meilleurs recruteurs pour les essais mondiaux en oncologie.

Plus que jamais, les créateurs de médicaments veulent avoir accès à des sites capables de respecter leurs promesses en matière de recrutement du premier patient et leurs cibles de recrutement de patients. Ils ont besoin d’un ORC qui entretient des relations établies au Canada afin de livrer rapidement et correctement des évaluations de faisabilité et de viabilité.

Scimega est un ORC canadien spécialisé en oncologie qui assiste les sociétés biotechnologiques de petite et moyenne taille dans le développement clinique de thérapies oncologiques de pointe au Canada. Nous livrons nos services en concentrant notre stratégie sur le succès du programme du promoteur et notre équipe possède une capacité inégalée à interagir au plus haut niveau avec les oncologues et les équipes des sites d’étude. Même dans les conditions de pandémie actuelles.

Les processus qui assurent la grande qualité et la surveillance opérationnelle des activités des CRA et des activités internes d’assurance de la qualité sont la norme chez Scimega. Et, bien sûr, nos taux de recrutement sont stables et élevés parce que nous choisissons les sites qui conviennent le mieux à votre étude.

Grâce aux processus prêts à l’inspection et aux indicateurs clés qui reflètent le haut niveau de compétences et de services livrés par les experts en oncologie de Scimega, cet ORC s’efforce ardemment de travailler plus intelligemment, année après année, depuis plus de deux décennies.

  Contribution de : Julie Martin, PDG

 

Back To Top
Rechercher